Publié : 22 mai 2014

Choisir d’étudier le latin en 5e ?

Madame, Monsieur,

Votre enfant va entrer en classe de 5e et vous avez la possibilité de choisir avec lui et pour lui l’option latin. L’étude du latin s’étend de la 5e à la 3e à raison de 2 heures hebdomadaires la première année, puis de 3 heures les années suivantes. Quels avantages attendre de l’étude du latin ? Répondons à cette question en partant de quelques idées reçues.
Étudier le latin, ce n’est plus d’actualité. FAUX !
Le latin est présent dans notre quotidien : dans les marques de produits proposés dans les magasins (barre chocolatée Mars, voitures « volvo » = rouler, en latin), dans notre langage (à travers des mots comme lavabo, agenda, C.V. : curriculum vitae) et sur les pancartes (indiquant un museum, un auditorium, le cabinet d’un pédicure, etc – encore un mot latin (!) = et caetera). L’étude du latin nous permet de décoder ces références tout à fait actuelles.
L’étude du latin permet de mieux maîtriser la langue française. VRAI !

L’étude du latin donne, indéniablement, une meilleure connaissance de la langue française. En premier lieu, l’élève latiniste acquiert du vocabulaire français (les mots d’origine latine en représentent 80%). Ainsi, du latin omnis (tout), l’élève pourra déduire le sens des termes « omnivore », « omniscient », « omniprésent ». Maîtriser le sens d’un mot en latin permet de deviner le sens de trois mots en français.
En second lieu, l’étude de la langue latine permet de réviser la grammaire française (en particulier les fonctions).
L’étude du latin permet d’acquérir une solide culture générale. VRAI  !
Il est incontestable que la civilisation latine et sa mythologie ont marqué de manière décisive nos sociétés européennes, aussi bien dans le domaine intellectuel qu’artistique, jusqu’à nos jours. L’étude du latin enrichit donc la culture générale de l’élève qui comprend ainsi l’origine de notre sénat, de notre calendrier, de certains monuments (arcs de triomphe) ou encore le sens d’expressions telle « riche comme Crésus ».
Les élèves bilangues ne peuvent pas choisir l’option latin. FAUX !

Certes, l’option latin alourdit leur emploi du temps mais ces élèves sont souvent curieux et assimilent facilement ce qu’ils étudient. Par ailleurs, s’il est évident que les langues romanes (comme l’espagnol) ont pour base le latin, il ne faut pas oublier que le latin et l’allemand ont un fonctionnement commun (principe de la déclinaison).
L’option euro proposée en 4e est compatible avec l’option latin. VRAI !

L’élève doit avoir conscience que l’étude conjointe de ces deux options va alourdir son emploi du temps (5 heures en plus en 4e). Cependant, des élèves curieux et sérieux peuvent sans problème suivre ces deux options, d’autant plus que le travail demandé à la maison n’est pas très important.
On peut arrêter le latin quand on veut. FAUX !
L’option latin engage l’élève pour les trois années suivantes. Seuls les élèves qui ont de grandes difficultés dans toutes les matières et ceux qui souhaitent changer d’option (DP3 ou grec) en fin de 4e sont autorisés à arrêter cet enseignement.
L’étude du latin peut faire baisser la moyenne de l’élève. FAUX !
En aucun cas, les résultats en latin ne seront un frein au passage dans la classe supérieure. Au contraire, si l’élève travaille sérieusement, le latin lui permettra d’augmenter sa moyenne générale. Tout est mis en œuvre pour valoriser ses efforts. Par ailleurs, il est à noter que seuls les points au-dessus de 10 sont comptabilisés dans le cadre du Diplôme National du Brevet. Les élèves ayant choisi cette option sont ainsi valorisés.
La langue latine est très utile pour travailler dans le domaine scientifique. VRAI MAIS PAS SEULEMENT !

De nombreux termes scientifiques sont issus du latin mais aussi du grec (cette option est proposée en 3e).
En outre, l’étude de la langue latine contribue, notamment par le biais des déclinaisons, à la formation d’un esprit clair, rigoureux et méthodique, indispensable pour l’étude des matières scientifiques mais aussi des langues étrangères.
L’étude du latin ajoute une charge de travail pour l’élève. VRAI !

Les élèves qui étudient le latin ajoutent des heures de cours à leur emploi du temps. Néanmoins, la charge de travail à la maison reste raisonnable : seuls l’apprentissage des leçons et quelques travaux de recherche sont demandés.
Il ne faut donc pas inscrire en latin un élève qui n’a ni le goût ni la volonté de travailler.
En cours de latin, on ne fait que traduire des textes. FAUX !

L’étude de textes latins ou d’images (peintures, sculptures, monuments...) débouche sur la découverte de la civilisation et de la mythologie romaines et de l’étymologie de la langue française. Un lien permanent est établi entre la civilisation latine et ses héritages dans notre société actuelle.

Nous espérons que cette information et l’initiation au latin dont a bénéficié votre enfant dernièrement vous aideront à guider le choix de votre enfant. Nous restons à votre disposition pour tout renseignement supplémentaire (emilie.gaudin@ac-rouen.fr).

Le professeur de Lettres Classiques, Mme Fièvre.

Voir en ligne : Choisir d’étudier le latin en 5e ? Information aux parents