Publié : 20 avril 2012

Rédactions à la manière de l’auteur

Rédactions à la manière de Philippe Lechermeier...
A la manière des Lettres du renard à la poule, nous avons eu à rédiger la lettre qu’un loup adresse à un animal. Son véritable objectif est de le manger mais il trouve un prétexte pour l’attirer. Voici les meilleures rédactions.

Bonjour madame la lapine,
on m’a dit que vous avez des problèmes d’argent et vous ne pouvez plus payer votre terrier ! Quand on m’a dit ça, je me suis dit :
« Il faut que je les invite chez moi, j ’ai une nouvelle cheminée pour cuire ! » Bien sûr, c’est pour vous préparer des repas...Comme j’ai beaucoup de place dans ma tanière et des chambres vides, je vous propose d’emménager, vous et votre famille car j’ai très faim...et je ne mange jamais quand je suis seul. Je me ferai un plaisir de vous accueillir. Ne vous en faîtes pas,vous n’allez pas vous jeter dans la gueule du loup ! Vous n’aurez pas besoin ...Je ne suis pas un loup,un monstre . Au contraire , j’ aimerai arrêter la guerre entre les loups et les lapins si délicieux … Enfin bref, je vous invite donc à partager ma tanière avec moi. Je veux vous aider ! Au revoir, Madame.
Le loup
P.S. Vous êtes si grassouillette que vous n’aurez pas besoin de payer !
Emma

Madame la brebis,
Je sais que vous êtes dentiste alors je m’adresse à vous : j’ai de gros problèmes de crocs et j’aurais besoin de vos services. J’ai hâte de régler ce problème et de voir si je peux à nouveau manger. J’ai une faim de loup : cela fait une semaine que je n’ai rien avalé. Je pourrais manger une bergerie entière ! J’ai tellement mal que je ne peux me déplacer. Aussi je vous demande de venir chez moi. J’espère que vous pourrez me soulager les crocs.
En espérant que votre réponse soit positive...
Le loup
Romain
Messieurs les moutons, chers nouveaux voisins,
J’ai appris que vous veniez d’emménager dans l’enclos de la rue des papillons. Je suis le meilleur guide de la région. Je vous propose de vous emmener visiter les alentours. Je vous montrerai le plus bel endroit de la forêt : une magnifique clairière avec une herbe bien fraîche, entourée de chênes et de pins. Cette terre appartient au corbeau et il faudra faire attention à ce qu’il ne nous voie pas sinon il va nous dénoncer aux poulets. Malheureusement, il n’y a qu’une seule entrée dans cette clairière. J’espère que vous ne voyez pas d’inconvénient à ce que mon cousin le renard nous accompagne.
J’ai remarqué qu’il y a un trou dans le grillage de votre enclos. Vous pourrez sortir par là. Je vous attends dans trois jours : je hurlerai avec les loups pour vous donner le signal. De là, nous irons à la clairière. Vous vous rangerez à la queue leu leu, du moins dodu au plus dodu de façon à ce que j’élargisse le passage en fonction de votre grosseur. J’ai appris que le fermier ne vous nourrissait pas assez et que vous aviez une faim de loup. Je vous laisserai déguster l’herbe délicieuse (certainement autant que vous euh que la vôtre).
En espérant vous revoir bientôt,
Le loup
Manon L.

Auteurs de l’article : Romain, Allassan, Dario